Affichage des articles dont le libellé est cotre houari. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est cotre houari. Afficher tous les articles

vendredi 1 juillet 2016

DINGHY 12'

Type : Cotre houari, catboat


 
  Gréement : 1 mât ;  grand-voile au tiers, bômée.


Matériaux :  bois (souvent verni) ou polyester ; mâts en bois ou en alu.
Premier exemplaire : 1913 ; conçu en Angleterre par Georges Cockshott.

Longueur hors-tout : 3,66 m
Longueur de la coque : 3,66 m
Longueur à la flottaison :  m 
Largeur maximale : 1,45 m
Tirant d'eau maximal : 0,2 /0,92 m, dérive basse (dérive pivotante)
Tirant d'air :  m
Déplacement : 115 kg (coque)
Surface maxi de voilure : 9,3 m² (100 square feet)

Coque : à clins.

Avant : étrave presque verticale

Arrière :  tableau vertical, safran pivotant
 
Superstructures : bateau non ponté.
équipage : 1 barreur ; peut embarquer 1 équipier en plus en régate, voire 2 en promenade.

 
  Le Dinghy 12' (ou 12 pieds) a été créé en 1913 et a été série olympique, en double, en 1920 en Belgique et en 1928 (en solitaire) aux Pays-Bas ; il a été utilisé aussi aux championnats du monde à Bruxelles en 1924. la série a eu beaucoup de succès, en particulier aux Pays-Bas, en Italie et en Angleterre. Il en existe aussi au Japon, en Turquie, etc...
    Il existe 2 modèles : les classiques en bois et à mât en bois, et les modernes en plastique, à double fond et mât en alu. la hajuge est très stricte.
   En France, la série retrouve le succès,depuis quelques années, notamment dans le Finistère: Une association créé en 2011 par Jacques et Loïc Blanken a relancé la série à Bénodet (Yacht club de l'Odet, dont les dernières régates comptaient plus de 20 participants), Loctudy, Douarnenez, etc. Répandu sur les plans d'eau douce, il est capable d'affronter la mer. Outre la régate, ce canot peut servir d'annexe ou de voilier de pêche-promenade côtière. sur route, on peut le déplacer sur de petites distances en gardant le mât en place (avec prudence quand même), le tirant d'air sur remorque étant de 4,5 m.

jeudi 22 mai 2014

OLONNOIS

Type : Cotre houari




Gréement : 1 mât  ; une grand-voile à corne; une trinquette ;  pas de bout-dehors. Signes distinctifs : logo caractéristique sur la grand-voile, numéro.
Matériaux : bois, construction classique
Construction : premiers exemplaires en 1960 aux Sables d'Olonne, ; chantier et architecte Clément Dubernet   

Longueur hors-tout : 5 m
Longueur de la coque : 5 m
Longueur à la flottaison : m 
Largeur maximale : 1,85 m
Tirant d'eau maximal : 0,7 m
Tirant d'air
Déplacement : 600 kg , dont un lest de 200 kg
Surface maxi de voilure : 17 m²

Coque : en forme, tonture classique.

Avant : étrave  inclinée, convexe ; pas de bout-dehors

Arrière :  à tableau incliné, portant le safran 
Le Swann, Olonnois d e1969
  Superstructures : bateau non ponté;
il existe une version habitable à cabine (ci-dessous)
LE GALOPIN


Équipage : 2 ou 3 personnes

  Près de 50 unités de ce joli canot houari sont répertoriés aux Sables d'Olonne et dans les environs.
  Ce bateau transportable par la route peut se voir dans les rassemblements de voiliers traditionnels, notamment aux semaines du golfe du Morbihan

mercredi 21 mai 2014

BELOUGA

Type : cotre houari ou  bermudien    




 

Gréement : 1 mât ;  grand-voile bermudienne ou houari ; 1 foc ; pas de bout-dehors ; spi au portant. Signes d'identification : une lettre B sur les premiers exemplaires,puis un dessin stylisé de belouga (grand dauphin blanc), rappelant un B ,  surmontant une immatriculation (indicatif du pays et numéro).


Matériaux :  bois ou bois époxy 
Premier exemplaire :  1944 en France (région parisienne) ; architecte Eugène Cornu

Longueur hors-tout : 6,5 m
Longueur de la coque : 6,5 m
Longueur à la flottaison :   m 
Largeur maximale : 2,3 m
Tirant d'eau maximal : 0,24 / 1,14 m
Tirant d'air :  m
Déplacement : 500 à 700 kg ; lest  de 56 à 140 kg (dérive pivotante ou quille relevable)
Surface maxi de voilure : 22,8 m² au près


Coque :

Avant : étrave élancée

Arrière :  tableau
 
Superstructures : rouf, cockpit. Plusieurs versions, différant essentiellement par le plan de pont et le rouf.

équipage 4 personnes (2 en croisière)

  Le Belouga est une série très répandue, construite à plus de 1000 exemplaires ; on en rencontre beaucoup dans les rassemblements de voiliers traditionnels.
   Avec le temps, le bateau a évolué et de nombreuses versions existent, différant aussi bien sous la flottaison (quillerelevable, ou dérive) qu'au niveau du pont (forme du rouf, notamment).