Affichage des articles dont le libellé est gréement marconi. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est gréement marconi. Afficher tous les articles

dimanche 8 juin 2014

SKERRY CRUISER 30 m²

Type : Sloop bermudien ou cotre à corne
Gréement : 1 mât ; grand-voile bermudienne ou à corne ; 1 génois ou un foc ; spi au portant. Marques d'identification 30 et immatriculation sur la grand-voile.



 Construction : à partir de 1907
 
 Les dimensions sont indicatives, puisqu'il s'agit d'une jauge et non d'une série de monotyoes.
 
Longueur hors-tout : 11,8 
Longueur de la coque : 11,8 m
Longueur à la flottaison :  m
Largeur maximale : 1,9 m
Tirant d'eau maximal :  m
Tirant d'air :  m
Déplacement : 2 t
Surface de voilure : 30 m² au près (mais elle peut être largement dépassée...)


  SKERRY 30 m² : c'est une jauge particulière à la Baltique ; Skerry cruiser (en anglais) est la traduction du mot suédois signifiant bateaux d'îles, d'archipels (ceux-ci étant très nombreux en Baltique). Ils ont surtout été construits en Suède et en Finlande mais Uffa Fox en Angleterre et Herreshoff à New York en ont fait quelques-uns: Oriole et Linnet par exemple sont des exemplaires américains de 30 m² . 
  La coque est en acajou et  est souvent vernie.

PILEN (30 / SWE 77)  a été construit en Suède par Frobergs sur des plans d'Estlander ; il navigue dans le Golfe du Morbihan (basé à Vannes) depuis 2009 ; il était signalé en vente en mai 2014. Aménagé pour la croisière côtière, il pèse 2200 kg et peut porter différentes voiles d'avant, dont un génois de 23 m², avec lequel il dépasse la surface de voile officielle. Son propriétaire actuel signale avoir dépassé Pen Duick en régate
.
HARLEKIN (30 / S 188) a été construit en 1948 en Suède (chantier Tido à Vasteras, plans de 1925 d'Erik Nilsson) ; il est un peu plus grand (13,6 sur 2,2m, TE de 1,5 m, tirant d'air de 14 m) et est en acajou verni.(charpente en chêne et acier). Il avait été abordé par le yacht Marjatta aux Voiles de St Tropez 2010. Sa faible largeur le rend transportable par la route, et on peut donc aussi bien le voir en Bretagne (semaine du Golfe du Morbihan, voiles de Bénodet) qu'en Méditerranée.

    Il existe de nombreuses jauges de Skerry : 15, 22, 40, 55, 75, 95, 120 et 150 m².  Seules les 30 et 40 m² ont eu du succès ; elles ont même été séries olympiques en 1920. Les plus longs modèles, trop étroits, étaient très rapides mais tenaient mal la mer Plus de 1200 skerry cruisers ont été construits.
    Les dragons, requins et folkboats sont plus ou moins dérivés des skerry ; ceux-ci ont décliné lors de l'arrivée de ces nouveaux voiliers à succès

  Les Allemands ont mis au point les 30 m² Schärenkreuzer, pour lesquels la monotypie est plus rigoureuse ; plus de 100 exemplaires, naviguant en Baltique et sur les lacs (également en Autriche et en Suisse : Bodensee ainsi qu'en Hongrie) ont été construits. Certains, récents, sont en plastique.     
  Ci-dessous, l'un d'entre eux, rencontré aux Voiles de Saint-Tropez :
KAA (30 : GER 300)


6 m JI

Type : Sloop bermudien ; les plus anciens avaient une grand-voile à corne.

FRA 122 dans le Golfe du Morbihan en 2011

  Gréement : 1 mât ;  grand-voile bermudienne ; 1 génois ou un foc ; pas de bout-dehors  ; numéro de voile 6 et numéro du bateau ; spi au portant



Matériaux : coque en bois, espars en bois
Premler exemplaire de la série : 1907
Utilisation : voilier de régate

6 m JI : c'est une jauge, c'est à dire qu'un calcul compliqué, tenant compte de la longueur, de la surface de voile et du déplacement doit donner 6 mètres. Les silhouettes des 6 m JI ont également varié au cours du temps. Les caractéristiques des unités sont quand même assez proches :

Longueur hors-tout  (longueur de coque) :  11 m environ
Longueur à la flottaison :  m 
Largeur maximale : 2 m environ
Tirant d'eau maximal :  m maximum
Tirant d'air :  m
Déplacement :  4 500 kg environ
Voilure : 60 m² au près ; 150 m² au portant
  
Avant : étrave très élancée
Arrière : voûte très élancée

Coque : blanche ou vernie

Superstructures : rouf 

   Les 6 m JI ont  été série olympique dès 1908 et jusqu'en 1948; E, 1952, ils furent remplacés par les 5,5 m JI, plus petits et plus abordables. L'équipage est de 6 personnes au maximum.

5,5 JI

Type : Sloop bermudien   




  Gréement : 1 mât ;  grand-voile bermudienne ; 1 génois ou un foc ; pas de bout-dehors  ; numéro de voile 5,5 et numéro du bateau ; spi au portant



Matériaux : coque en bois, espars en bois
Premler exemplaire de la série : 1949 ; plans de Charles Nicholson
Utilisation : voilier de régate

 5,5 JI : c'est une jauge, c'est à dire qu'un calcul compliqué, tenant compte de la longueur, de la surface de voile et du déplacement doit donner 5,5 mètres. Ce sont les plus petits voiliers de Jauge Internationale. Les caractéristiques des unités sont quand même assez proches :

Longueur hors-tout  (longueur de coque) :  9,5 m environ
Longueur à la flottaison :  m 
Largeur maximale : 1,92 m minimum
Tirant d'eau maximal : 1,35 m maximum
Tirant d'air :  m
Déplacement : de 1700 à 2200 kg
Voilure : de 26,5 à 29 m² au près
   On pourra également remarquer que ces caractéristiques se rapprochent beaucoup de celles du Requin.


Avant : étrave très élancée
Arrière : voûte très élancée

Coque : blanche ou vernie

Superstructures : aucune ; quillard non habitable.


   Les 5,5 m JI ont  été conçus par Charles Nicholson en 1937 ; mais, à cause de la guerre, les premiers exemplaires n'ont été construits qu'en 1949. Ils ont.supplanté les 6 m JI, devenus trop coûteux, dans les années 1950 ; ils ont constitué une série olympique en 1952, 1956, 1960 et 1964. Après les JO de Tokyo, ils ont subi le même sort que les 6 m JI, pour les mêmes raisons de course à l'armement et de coût.

jeudi 5 juin 2014

8m CR (SONDA, ORANA, etc)

Type : Sloop bermudien   

Sonda aux voiles de Saint-Tropez



Orana entre Brest et Douarnenez en 2008
Orana durant la semaine du Golfe du Morbihan 2013
 Gréement : 1 mât ;  grand-voile bermudienne ; 1 génois ou un foc ; pas de bout-dehors  ; numéro de voile 8CR et numéro du bateau ; spi au portant


Matériaux : coque en bois, espars en bois
Premler exemplaire de la série : 1951 à Rhu en Écosse ; chantier et architecte Mc Gruer
Utilisation : Yacht  de course
 
Longueur hors-tout : 11,98 m
Longueur de la coque : 11,98 m
Longueur à la flottaison : 9,5 m 
Largeur maximale : 2,6 m
Tirant d'eau maximal : 1,7 m
Tirant d'air :  m

Déplacement : 8 t
Surface maxi de voilure :  m² au près
Avant : étrave très élancée

Arrière : voûte très élancée

Coque : blanche

Superstructures : rouf

   Cette série de 25 unités, 8m Cruise Racer, proche des 8 m JI mais un peu plus petites a été lancée en 1951
   Sonda (K1) est le premier bateau de la série. D'abord utilisé en Écosse, puis à l'île de Man, il a été acheté par un Lyonnais en 2003, et restauré au chantier Stagnol de Bénodet. Il participe régulièrement aux régates classiques de Méditerranée.
   Orana (K8) est associé au Musée Maritime de La Rochelle. Il est fréquemment présent dans les rassemblements bretons.

mercredi 4 juin 2014

WEST SOLENT ONE DESIGN (W BOATS)

Type :Sloop bermudien    
Arrow, le premier W Boat construit (W 1)
Natica (W 23)

Gréement : 1 mât ;  grand-voile bermudienne ; 1 foc ; pas de bout-dehors ; spi au portant. Signes d'identification : un W surmontant un numéro d'identification.


Matériaux :  bois  
Premier exemplaire : 1923 en Angleterre, à Lymington (chantier Berthon, architectes HG May et H Jacobs
Longueur hors-tout : 10,5 m
Longueur de la coque : 10,5 m
Longueur à la flottaison : 7,3 m 
Largeur maximale : 2,3 m
Tirant d'eau maximal : 1,5 m (quille longue)
Tirant d'air :  m
Déplacement :  kg ; quille longue
Surface maxi de voilure : 49 m² au près 


Coque :

Avant : étrave élancée, convexe
Arrière : voûte  très élancée ; tableau ; safran suspendu
 
Superstructures : aucune ; bateau ponté ; cockpit
 
équipage 2 personnes en régate

   Le West Solent One Design a été construit à partir de 1923, jusqu'en 1933. une quarantaine de bateaux ont été construits en Angleterre et 5 en Argentine ; ils ont régaté jusqu'au début des années 1950, puis sont tombés dans l'oubli. Un regain d'intérêt est apparu au début des années 1990. Au moins 11 W-Boats ont été retrouvés, souvent en mauvais état, ont été restaurés et naviguent. D'autre sont en cours de restauration ; d'autres encore ont été modifiés et ne ressemblent plus vraiment à des W - Boats.
    Arrow (ex - Dart, ex - Huahine) est le premier exemplaire, construit en 1923, restauré en 1999 et photographié lors des voiles de St-Tropez 2011. Arrow et dart sont 2 mots anglais désignant une flèche. 
     Il participe fréquemment aux régates méditerranéennes. Des photos récentes (février 2014) de Ian Roman montrent qu'il est désormais recouvert d'une magnifique peinture rouge    Davantage de renseignements sur les W - Boats : cliquer ici.
   Natica (ex Ann) porte le numéro W23 ; Natica est le nom latin d'un coquillage, une sorte de bigorneau prédateur d'autres coquillages. Ce voilier est basé à Cannes et participe aux régates classiques. Lors des régates royales 2012 il a été abordé, par le milieu par le yacht Irène VIII ; personne n'a heureusement été blessé ; le skipper d'Irène a été jugé responsable de l'accident. Natica a été réparé au chantier Pasqui, à Villefranche.

    Parmi les autres W Boats  en état de naviguer, on peut citer Suvretta (W/2), Squirrel (W3), Dilkusha (W7), Ripple, ex Dinah (W8), Linette (W10) ; Black Adder (W18), Vivacious (W22), Mischief (W29)

lundi 12 mai 2014

DRAGON

Type : Sloop bermudien  




Gréement : 1 mât ;  grand-voile bermudienne ; 1 génois ou un foc ; pas de bout-dehors  ; spi au portant. La grand-voile porte, comme signes d'identification, un D surmontant l'indicatif du pays où le bateau est enregistré et un numéro.


Matériaux : bois ou polyester (des exemplaires en bois sont encore construits aujourd'hui)
Premier exemplaire : 1929  à Goteborg ;  plan de Johan Anker.

Longueur hors-tout : 8,9 m
Longueur de la coque : 8,9 m
Longueur à la flottaison : 5,7  m 
Largeur maximale : 1,95 m
Tirant d'eau maximal : 1,2 m ; quillard uniquement.
Tirant d'air : 11 m
Déplacement :  1670 kg mini dont 1000 kg de lest en fonte.
Surface maxi de voilure : 26 m² au près ;  23,6 m² pour le plus grand spi utilisé


Coque : blanche

Avant : étrave très élancée
 
 

Arrière : voûte très élancée, petit tableau.
 
Superstructures : bateau ponté ; cockpit non autovideur ; pas de cabine , mais un abri pour le matériel

 3 équipiers en régate (maxi 4 personnes)

  Le dragon est une série mythique conçu par l'architecte norvégien  Johann Anker et produit à plus de 3000 exemplaires. Ce bateau mythique, construit encore à plusieurs dizaines d'exemplaires par an dans le Monde, 85 ans après sa sortie, a une silhouette de petit voilier de classe JI. Le cockpit, profond, n'est pas autovideur et l'équipage doit prendre garde à ne pas embarquer une vague par grosse mer ; les naufrages de dragons ne sont pas rares, même sur les lacs, où ce type de bateau est bien représenté. Ce sont cependant des voiliers qui tiennent bien la mer et le vent jusqu'à une limite élevée (30 nœuds de vent environ) s'ils sont bien menés ; l'hiloire protège le cockpit jusqu'à un degré de gite important.
   De petite taille mais de construction très soignée, c'est souvent un bateau considéré comme réservé aux régatiers aisés, apprécié autrefois de l'aristocratie (on l'a parfois appelé le voilier des rois). Les propriétaires soignent leur unité comme des bijoux, de la même façon que ceux des  yachts de luxe. 
     Une version récente, avec grand-voile à corne, est appariue récemment et appelée Dilong.
    Les réglages doivent être très précis et le nombre de bouts est impressionnant : plus de 30 ; on est loin de la drisse et des 2 écoutes par voile du voilier moyen ! 





Les vitesses réalisées ne sont pas si impressionnantes que cela, mais ce qui importe est de régater à armes rigoureusement égales. La monotypie est très rigoureuse, le carbone et le kevlar sont interdits.
    En France, la flotte de dragons est importante, et les régates rassemblent un grand nombre d'unités, notamment à Douarnenez (trophée Guyader, ancien Petit Navire), à Cannes, à Saint-Tropez, etc. Les déplacements routiers sont relativement faciles grâce à des remorques adaptées.

    Le dragon a été série olympique de  1948 à 1972.